Nos héros français à quatre pattes

Beaucoup d’humains de toutes nations se sont distingués par des actions héroïques. Mais d’autres espèces ont su, au fil de l’Histoire, se faire remarquer par des actes de bravoure hors-norme. Parmi elles, le meilleur ami de l’Homme : le chien. 

Symbole de fidélité ou de protection, le chien est un animal qui s’est souvent épanoui dans le travail. Grâce à lui, l’Homme a pu se protéger, il a pu chasser et élever des troupeaux. Patte dans la main, le chien a activement participé à la construction de nos civilisations humaines. Aujourd’hui, même les meilleures technologies ne sauraient l’égaler dans beaucoup de ses fonctions. 

Ainsi le chien nous accompagne face à l’adversité. Il se tient aux côtés des soldats, des policiers, des pompiers, des médecins. Son intelligence, son comportement et son instinct lui permettent d’accomplir des tâches vitales lors de combats et d’assister l’humain dans les situations les plus délicates.

Voici une liste non exhaustive de quelques-uns de ces héros :

  • Médor

Pour ceux qui ont eu la chance de voyager au Japon, vous avez peut-être vu à la gare de Shibuya à Tokyo, une statue d’Hachikō. Cet akita inu s’est rendu célèbre pour avoir attendu, quotidiennement et pendant près de dix ans, son maître à la gare après la mort de ce dernier. C’est pourquoi il est surnommé Chūken (« Chien fidèle »).

Et bien saviez-vous que nous avons aussi un Chūken national dont vous connaissez le nom ? Ce chien, c’est Médor. Au début de la monarchie de Juillet, ce chien errant est trouvé fréquentant la sépulture de son maître tombé pendant les Trois Glorieuses. 

Il serait demeuré couché à l’endroit où avait été enterré son maître, au niveau de la Colonnade du Louvre. Inconsolable, il aurait refusé la nourriture que la population lui apportait, préférant se laisser mourir. 

II deviendra un symbole pour les révolutionnaires. D’ailleurs Médor est resté le sobriquet de tous nos canidés francophones en hommage à celui qui pleura son maître.

 

  • Les poilus d’Alaska 

Vous connaissez Jack London ? En 1915, deux officiers français partent en Alaska. Ils en ramèneront Scotty Allan, le musher qui avait inspiré l’auteur de « L’Appel de la forêt » accompagné d’un équipage de chiens de trait.

Sur le front des Vosges, en 1914, les soldats subissent d’importantes chutes de neige qui empêchent les ravitaillements acheminés par mulets ou par chevaux. D’anciens prospecteurs d’or français ont alors une idée : les chiens de traineaux. Ils partent en Alaska, au Québec et au Labrador recruter des meutes. 

Nos braves toutous arrivent en France en décembre 1915 pour rejoindre les troupes. Des 436 chiens venus d’Amérique, seuls 247 survivent aux combats. Parmi eux, certains seront médaillés de la Croix de guerre pour leur bravoure et leur travail héroïque au front. 

(NDLR : Musher : conducteur d’un traîneau tiré par un attelage de chien)

  • Diesel

A la suite des attentats perpétrés à Paris en novembre 2015, Diesel, chien mâle berger malinois, avait perdu la vie lors de l’assaut de l’appartement dans lequel se retranchaient les terroristes à Saint-Denis. 

Après l’échange de coups de feu et l’envoi de grenades devant les logements visés, le calme revient. Pensant les hommes neutralisés, le maître-chien envoie Diesel inspecter les lieux. Après la vérification d’une première pièce dégagée, le maître voit son chien s’élancer dans une seconde salle et des coups de feu retentissent. « Il ne reviendra jamais » dira son maître. 

Dans ce genre d’intervention, le travail du chien d’assaut est indispensable, il ouvre la voie aux forces de l’ordre. Il utilise tous ses sens pour détecter les menaces et alerter du danger. Ainsi son dévouement a sûrement sauvé la vie de plusieurs policiers ce jour-là. 

La police nationale avait rendu hommage à leur courageuse camarade sur les réseaux sociaux. Son sacrifice avait ému toute la France et ajouté son nom à la longue liste des victimes des attaques de 2015. 

  • Jerry Leen

Jerry Leen est un chien de recherche qui travaille avec les sapeurs-pompiers de Paris. 

En 2017, deux adolescents décident d’aller explorer les catacombes à Paris. Rapidement à court de batterie, ils se perdent dans les couloirs étroits et dangereux. 24h après leur disparition, on envoie les secours. C’est grâce à son flair hors-pair que Jerry Leen parvient à repérer leur trace et à les sortir sains et saufs après 3 jours passés dans les labyrinthes souterrains de la capitale. 

En 2019, elle participe aux recherches de personnes après l’explosion de l’immeuble de la rue de Trévise dans le IXe arrondissement.

Elle a reçu aussi le « trophée du chien héros en sauvetage civil » et peut se vanter de plusieurs apparitions télévisées.

Dans le reportage ci-dessous (trop chou !), vous pouvez la découvrir lors de sa visite médicale d’admission à 4 mois : 

  • Eros

Ce berger malinois est vraiment trop mignon. Cependant on déconseillera aux trafiquants de drogues d’aller tenter un calin. Premièrement parce qu’on ne touche jamais un chien de travail sans l’accord du maître (souvent refusé pour des bonnes raisons de sécurité ou pour ne pas déconcentrer le travailleur dans ses tâches). Et deuxièmement, parce qu’Eros a débusqué pas moins de 800kg de drogues et 200 000 euros en billets de banque. On n’avait pas vu un flair pareil depuis 2pac ! Après cette brillante carrière, il a pris une retraite bien méritée en 2020.

  • Nykios

Nykios a été récompensé en 2017 en tant que chien détecteur de maladie par la Société centrale canine. Il a été formé grâce à son odorat exceptionnel à la détection olfactive du cancer du sein au cœur du projet KDOG, à l’Institut Curie. 

On a constaté que les chiens étaient capables de sentir les cellules cancéreuses qui dégagent une odeur particulière, imperceptible pour l’Homme. Le dépistage canin a aussi l’avantage d’être moins coûteux que d’autres types de dépistages. 

La méthode consiste à poser une lingette sur les seins d’une femme dite saine pendant une nuit, et faire de même avec une femme atteinte d’un cancer. Nykios reniflera ensuite les lingettes. S’il détecte une tumeur, il alerte alors son collègue humain en s’asseyant devant l’échantillon. 

Pendant son apprentissage, Nykios atteignait souvent 100% de réussite.  

Durant la crise sanitaire, d’autres chiens dépisteurs ont été aussi formés à la détection du Covid19 dans les hôpitaux et les aéroports.

  • Obelle

Cette jeune Golden Retriever a rejoint depuis 2020 le personnel d’un hôpital de la Somme. Formé par l’association Handi’Chiens, ce chien d’assistance, dit d’accompagnement social, travaille 5 jours par semaine en oncologie ou en soins palliatifs.

Sa compagnie permet de soulager les angoisses des patients, d’apaiser la solitude, de redonner l’envie de plaisirs simples malgré la douleur. Elle permet de créer des liens de confiance entre l’équipe soignante et le malade et de faciliter l’administration de certains soins. 

En séance de chimiothérapie ou en accompagnant les fins de vie, Obelle apporte au quotidien de la joie, du soutien, de la douceur à la fois pour les patients hospitalisés mais aussi pour le personnel médical. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par HANDI’CHIENS (@handichiens)

  • Pollen

Pollen, dalmatienne, est le premier “chien pédagogique” à avoir intégré l’éducation nationale en septembre 2019, à 6 mois. 

Elle assure un rôle de médiateur au Collège François Truffaut d’Argentan, dans l’Orne, auprès de 380 élèves, 3 jours par semaine. 

Elle participe à différentes activités et projets qui permettent de responsabiliser les élèves. Elle apporte du soutien psychologique, encourage la sociabilité et enseigne à l’enfant les bons comportements et réflexes à avoir en présence d’un animal, aussi mignon soit-il. 

  • Ruby & Pollux

On remarque de plus en plus, les bienfaits de la médiation canine dans le cas de Syndrome Post-Traumatique chez les soldats.

Une initiative unique en France « ARION » a été créée en 2020 en partenariat avec la Cellule d’Aide aux Blessés de l’Armée de Terre française (CABAT), le 132e Régiment d’Infanterie Cynotechnique de l’Armée de Terre de Suippes (51), l’Université Sorbonne Paris Nord (USPN) et la Société Carcassonnaise de Protection Animale (SCPA). 

Ce projet a pour but de rapprocher les soldats souffrant de ce trouble ou de blessures physiques et les chiens issus de refuges. L’idée étant d’encourager “la renaissance” chez le chien comme le maître. En mai 2021, deux soldats blessés volontaires, Yoann et Christopher, ont pu adopter Rudy et Pollux

  • Messi

Messi n’est pas seulement un bon joueur de foot mais aussi un très bon chien très méritant. En 2022, ce malinois de 6 ans, a été décoré d’une médaille de la Défense nationale. Affecté au Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG), ce trophée le remercie « pour les services rendus au cours de sa carrière dans les rangs de la gendarmerie nationale ».

Cumulant plus de 300 interventions, ce travailleur assidu avait permis de retrouver plusieurs personnes portées disparues grâce à son odorat entraîné. Il avait aussi participé à des opérations de sécurisations de visites présidentielles et ministérielles. 

Sa carrière bien remplie, il est allé prendre sa retraite dans le Maine-et-Loire où on lui souhaite plein de câlins et d’amour. 

  • Casper

Ce chien est techniquement américain mais il est de la race berger des Pyrénées, cette chaîne de montagne étant en France, nous allons lui accorder la nationalité française le temps de cet article. 

Casper (20 mois au moment des faits) est un chien de berger qui gardait en Géorgie américaine les moutons de son maître. Une nuit, une meute de coyotes, qui était déjà venue rôder aux alentours de la ferme dans la journée, commence à s’en prendre au troupeau. 

Ni une, ni deux, Casper accourt à son poste de défense. Il se bat pendant 30 minutes contre les assaillants, tuant au moins 8 coyotes. Les derniers coyotes s’enfuyant enfin, le courageux chien déjà blessé, se lance à leur poursuite. 

Ne voyant pas son chien revenir, son maître s’inquiète. Mais après une recherche, on retrouve Casper gravement blessé mais bien vivant. Après une longue convalescence, il a retrouvé sa forme et sa joie de vivre. 

Bien que la France soit un pays moins sauvage que les Etats-Unis, le chien de berger est toujours un employé essentiel des fermes et des élevages. A la montagne, on n’a toujours pas trouvé de machine qui sait, aussi bien que lui, guider les troupeaux dans les terrains escarpés. 

  • Max

Ce croisé border collie-bouvier bernois, chien de famille, a sauvé de la noyade son jeune maître en Haute-Saône en 2019. 

Pendant un barbecue, alors qu’il échappe un instant à l’attention de ses parents, Matthiew, 3 ans, tombe à l’eau. Max (3 ans aussi) en voyant le petit garçon emporté par le courant, se précipite à son tour à l’eau. Matthiew peut alors s’accrocher à son collier jusqu’à ce que ses parents le sortent du cours d’eau. 

Malgré son manque de formation d’animal de travail, Max a tout de suite compris la situation de danger et son instinct lui a permis d’adopter les bons gestes de secours. Il aura sauvé son maître d’une issue potentiellement fatale. 

  • Les miens, les vôtres, les leurs

Et oui, car nos héros à quatre pattes, ce sont aussi ceux qui vivent avec nous. Ce sont ceux qui nous consolent de nos peines, ceux qui nous protègent en aboyant si un inconnu s’approche de chez nous (même si c’est pour la énième fois le facteur), ceux qui nous font la fête quand on revient d’une longue journée et que notre conjoint est de mauvaise humeur. Alors ce soir, le héros à fêter c’est votre/ou vos chien(s) et je compte sur vous pour leur rendre tout l’amour que ces bêtes génialissimes nous donnent au quotidien.

à mon Titou et mon Apy… 

The post Nos héros français à quatre pattes appeared first on Les Petits Frenchies.

Cet article a été publié en premier sur https://petitsfrenchies.com/nos-heros-francais-a-quatre-pattes/